Votre guide de pêche

Mon parcours

La pêche et la nature, bien plus qu’une passion… Un mode de vie ! Mes proches aiment à dire que je suis né avec une canne à pêche dans les mains.

Passionné depuis mon plus jeune âge par la pêche. J’ai commencé très tôt par la pêche au coup (à l’âge de 3 ou 4 ans), accompagné de ma famille.
Pour ensuite très vite évoluer vers la pêche de la truite aux appâts naturels (toc et vairon manié), puis celle des carnassiers aux leurres en bateau et en float tube. C’est cet amour pour la pêcheles milieux aquatiques et de façon plus générale l’environnement et la nature qui a guidé l’orientation de mes études.

Commençant par une 3ème agronomie du vivant, suivi d’un BEPA « Entretien et Aménagement des Espaces Naturels et Ruraux », puis d’un BTA « Gestion de la Faune Aquatique », pour poursuivre par un BTS « Gestion et Protection de la Nature spécialité Animation Nature », ainsi qu’une licence « Biologie des Organismes des Populations et des Ecosystèmes ». Enfin, j’ai fini par un BPJEPS « Pêche De Loisir » bien évidemment dans le but d’être moniteur guide de pêche et pouvoir ainsi partager ma passion avec vous.

J’ai également, grâce à des stages et des contrats à durée déterminée, travaillé au sein de deux des plus grands bureaux d’études en milieux aquatiques de France, qui sont ECOGEA et la Maison de l’Eau et de la Pêche de la Corrèze(MEP19).

Photo de Maxime Lagarrigue
poisson2-1638×1024

Mes valeurs

Héritées directement de ma vision de la pêche, et de ma façon d’être sont les suivantes :

  • Passion : De la pêche, des milieux aquatiques, de la nature et de ses richesses (gastronomie, patrimoine…)
  • Rigueur : Dans le travail de préparation des guidages et des animations mais aussi dans les contenus qui y sont abordés
  • Partage et convivialité : Deux notions qui sont pour moi essentielles dans la pêche

Mon environnement

Lotois pure souche, à l’accent du sud bien prononcé, et appréciant me ressourcer dans des territoires sauvages et préservés, j’ai toujours évolué sur les berges des rivières et ruisseaux du nord du département ainsi qu’en Corrèze. Traquant la densité impressionnante de truites qui s’offrent aux pêcheurs essentiellement au toc et au vairon manié. Mais également des carnassiers aux leurres artificiels, eux aussi présents en nombre dans les rivières, plans d’eau et autres barrages. Ce patrimoine halieutique riche, me permettant ainsi de les rechercher aussi bien du bord, qu’en bateau (bassboat Xpress H18) ou en float-tube.
riviere
Corrèze votre guide

Le département de la corrèze

Les richesses halieutiques

Le patrimoine halieutique du département est stupéfiant :

– 5000 Kms de cours d’eau de 1ère catégorie
– 200 Kms de cours d’eau de 2ème catégorie
– 18 grands barrages soit 4000 hectares
– 9 plans d’eaux fédéraux
– 9 plans d’eaux réciprocitaires AAPPMA
– 14 parcours de graciation (no-kill)
– 9 parcours loisirs surdensitaires
– 14 parcours carpe de nuit.

Les ruisseaux : 

Le Doustre, le Maumont, la Triouzoune …

Les rivières : 

La Dordogne, la Corrèze, la Vézère …

Les lacs : 

Neuvic, Bort les Orgues, le Chastang …

Le département du lot

Les richesses halieutiques

Une canne à la main, des bottes jusqu’au cuisses, les pêcheurs sont à la fête.

– 1500 km de ruisseaux de première catégorie

– 400 km de rivières de 2ème catégorie

– 35 lacs et étangs.

Pour la truite, cap sur les eaux du Ségala, particulièrement riches en truites sauvages typiques du Massif Central : endroits isolés et intimes, peu fréquentés…

En Dordogne, les bottes dans l’eau, on profite d’une vue inédite sur les falaises et les châteaux qui les surplombent. Cette rivière se prête tout particulièrement à la pêche à la mouche.

Quant au Lot, c’est la rivière aux carnassiers par excellence ; des cales aménagées entre Cajarc et Puy-L’Évêque facilitent l’accès en bateau.

Enfin, n’oublions pas les « carpistes » : dans la rivière Lot , réputée pour ses « carpes record » (approchant les 30 kg !), on pratique la pêche de nuit toute l’année.
À noter enfin, les 3 parcours « no kill » sur le Lot, le Célé et la Bave, pour préserver les populations piscicoles.

Lot votre guide